Derrière son sourire tour-à-tour lumineux et sombre, le clown est lié à la figure du bouffon. Le bouffon est le « contre » des lois et valeurs collectives en vigueur, mais aussi de nos mythes et certitudes internes. Il a la permission, même la mission, de jouer, de s’amuser avec ses lois. Dans la tradition des indiens d’Amérique du Nord, le clown des Sioux, le « Heyoka» se lave par exemple les mains avec du sable et se les sèche avec de l’eau, il rit aux enterrements et pleure aux baptêmes. Il est proche du « pendu » des cartes du Tarot, qui regarde le monde à l’envers.

Beaucoup de contes commencent par « un vieux roi qui était malade et allait mourir » – le roi représente l’ancien régime en nous qui est révolu, qui n’est plus au service de l’énergie vitale de l’individu et qui doit, en effet, mourir pour que le nouveau puisse naître. Le bouffon qui se cache dans le clown a le courage et la sagesse de pointer cela et de nous en faire prendre conscience pour arriver à déjouer nos mécanismes et à lever les blocages induits.